Sommeil de bébé: comment accompagner le changement d’heure d’automne ?

Émilie Sorrieul

Émilie Sorrieul

Infirmière puéricultrice de formation initiale, j’accompagne les familles depuis 2009. Ma vie professionnelle a commencé à l’hôpital, aux urgences pédiatriques et en réanimation néonatale, puis comme directrice de crèche. Au fil des années, je me suis spécialisée dans l’accompagnement périnatal, de la grossesse aux premières années de vie de l'enfant, et je dévoue désormais toute mon activité professionnelle à accompagner les familles, ainsi qu'à la formation des professionnels de la petite enfance.

J’accompagne chaque famille avec attention et bienveillance, dans le respect de vos projets. A l’occasion d’une consultation, je vous permets de soulager vos doutes et inquiétudes afin de trouver l’harmonie familiale que vous recherchez. A la suite de chaque consultation, je reste disponible pour échanger via whatsap/messenger, car je sais qu’une consultation ne résout pas tout, et que vous soutenir et vous guider sur le chemin de la parentalité sera la clé de votre épanouissement familial.

Vous aviez trouvé un rythme qui vous convient bien avec bébé : endormissement serein et sommeil apaisé, et vous profitez de cette accalmie. Cependant, nous voici à l’approche du changement d’heure d’automne et vous ne savez pas comment accompagner votre bébé ? Faut il le préparer à l’avance ? Retrouvez les réponses à vos questions dans cet article.

Reculer l'heure du coucher les jours précédents :
bonne ou mauvaise idée ?

Le changement d’heure d’automne est plus facile à intégrer que le changement du printemps. Il offre une heure de plus et évite une dette de sommeil au moment du changement d’heure.
 
On peut être tenté de commencer à décaler l’heure du coucher les jours précédents. En réalité, ce n’est pas parce que vous couchez votre bébé plus tard, qu’il se lèvera plus tard. Vous risquez simplement de faire cumuler de la fatigue et une dette de sommeil à votre enfant. Je vous recommande donc d’attendre le changement d’heure effectif pour décaler, afin que l’ensemble des habitudes (repas, sorties…) se calent en même temps sur le nouvel horaire.
 
La veille du changement d’heure (le samedi), ne cherchez surtout pas à le décaler. Vous pouvez garder vos habitudes, tout en évitant une journée trop agitée en sorties inhabituelles : maintenant les repas et les siestes au bon horaire, et couchez le à l’heure habituelle le soir, voir même un peu plus tôt s’il est fatigué. Il démarrera ce changement d’heure avec un quota de sommeil suffisant pour encaisser les décalages à venir;
 
 
Ainsi, à moins que votre bébé ne se lève naturellement une heure plus tard les matins les jours précédents, ne cherchez pas à décaler avant.

Avant 6 mois : un changement d'heure tout naturel

Avant 6 mois, le rythme biologique de bébé n’est pas encore bien mis en place. Le sommeil est dépendant des rythmes et rituels de la journée. Ainsi, c’est en adaptant le rythme des repas, sorties, temps de jeux et d’hygiène que la transition se fera tout naturellement.
 
 
 
 

Après 6 mois : un nouveau rythme à prendre

Après 6 mois,vous pouvez observer quelques perturbations temporaires : bébé grognon, perte d’appétit… Le dimanche du changement d’heure, essayez de rester au calme pour ne pas perturber davantage les habitudes. En conservant bien vos rituels, vous verrez que la transition va se faire en quelques jours. Le lundi pourra être une journée particulièrement difficile. Si votre bébé est fatigué le soir, n’hésitez pas à le coucher un peu plus tôt pour qu’il puisse récupérer.

Basculer les siestes sur le nouvel horaire

Dès le jour de changement d’heure, vous pouvez essayer de basculer toute la journée sur le nouvel horaire : repas, siestes, coucher. Si patienter 1 heure de plus pour manger ou dormir est trop difficile pour votre bébé, alors décalez de 15 ou 30 minutes chaque jour jusqu’à arriver sur le nouvel horaire.

 

L'importance des rituels

Vos rituels sont bien plus puissants que l’horloge. les jours qui précèdent le changement d’heure, soyez particulièrement attentifs à vos rituels : ils doivent se répéter chaque jour, de la même manière. Vous pouvez les marquer un peu plus en employant les mêmes phrases à chaque fois : « quand le sablier est vide, on passe à table », « c’est la nuit, tout le monde va dormir », « on met les pieds au chaud dans la turbulette »… La répétition est l’amie du sommeil de votre bébé !

Soyez en même temps particulièrement attentif aux rituels d’endormissement (retrouvez l’article des routines de sommeil ici). Les rituels permettent un endormissement facilité et moins de réveils nocturnes.

Accompagner les "leve-tôt" vers le nouvel horaire

Le dimanche matin du changement d’heure, vous pouvez laisser votre enfant patienter dans son lit s’il ne pleure pas. Laissez le gazouiller, jouer calmement et profiter d’un temps calme sans intervenir trop vite. Peut être même que vous pourrez profiter d’un repos supplémentaire.

Si votre enfant manifeste de l’impatience, rassurez le et prenez le temps avec lui, tout en essayant de retarder un peu la suite de la journée petit à petit, en grattant 10-15 minutes aux repas, siestes…, afin de se caler tranquillement sur ce nouvel horaire.

Protéger le sommeil de votre enfant

Le week-end du changement d’heure, il est recommandé d’être particulièrement attentif au rythme de votre bébé. Ce n’est pas le bon week-end pour faire une sortie insolite ou vadrouiller toute la journée. Plus vous respecterez cette journée, tout en accordant de vrais temps de repos dans le calme à votre enfant, plus la transition vers le nouvel horaire se fera naturellement. Si vous avez du monde à la maison, essayez tout de même de proposer le temps de repos sans bruit à votre enfant.

N’hésitez pas à profiter de l’extérieur sur les temps d’éveil, même en fin de journée s’il fait déjà sombre. Les activités extérieures permettent une activité physique propice à l’endormissement et au sommeil de qualité.

Enfin, gardez confiance en votre bébé et en ses capacités à intégrer ces changements. Votre accompagnement et votre présence sont ses repères, bien plus que l’horloge. Profitez de cette longue journée du dimanche pour prendre soin de votre famille et construire de nouveaux souvenirs. Et même si votre enfant est un peu grognon pendant quelques jours, vous retrouverez vite votre rythme avec patience et constance de vos rituels.

 

 

Vous me racontez en commentaire comment cela s’est passé pour vous ?

Le contenu de cet article vous a plu ? Alors partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

Vous avez besoin de faire le point sur le sommeil ou l'alimentation de votre enfant ? Je vous propose une consultation sur mesure...